Quelle agriculture pour quelle alimentation?

Quelle agriculture pour quelle alimentation?
« Bientôt, quand on se mettra à table, il ne faudra pas se souhaiter ‘bon appétit’ mais plutôt ‘bonne chance’ ! »
Pierre Rabhi
 
L’impact de l’alimentation sur notre santé est de plus en plus mis en évidence par de nombreuses études scientifiques. Pourtant, ce lien a été de tout temps ancré dans nos croyances populaires, comme en témoigne la phrase célèbre d’Hippocrate (5ème siècle avant JC) : « que ton alimentation soit ta première médecine ».
Cependant, progressivement, notre société a perdu ce lien essentiel, et les maladies dites « de civilisation » dues à nos déséquilibres alimentaires, se répandent : obésité, maladies cardio-vasculaires, déminéralisation progressive de l’organisme...
En cause : une alimentation trop raffinée, trop acidifiante, et un régime trop riche en produits d’origine animale. Il est assez frappant de remarquer que les aliments à la base de notre alimentation « moderne » : viande, fromage, mais aussi pâtes, pain – sans parler des sodas et des sucreries – a remplacé un régime riche en légumes et produits peu raffinés.
Il apparaît vital aujourd’hui de remettre l’alimentation au cœur de nos pratiques : c’est tout le sens de nos actions d’éducation à l’alimentation, qui ambitionne d’agir auprès des enfants pour l’apprentissage, des parents d’élèves pour les pratiques en cuisine, et des cuisiniers de restauration collective pour que l’acte alimentaire fasse partie intégrante de l’instruction scolaire.
 
Quoi qu’il en soit, même en connaissance de cause, une maxime est devenue très populaire ces dernières années, au rythme des scandales alimentaires qui se sont succédés : « on ne sait plus ce qu’on mange ». Pour renouer le lien entre l’alimentation et la santé, il apparaît donc fondamental de renouer un autre lien : celui de l’alimentation à l’agriculture, et plus largement à la production d’alimentation.
L’exemple le plus parlant est la consommation de viande issue d’élevages intensifs et de transformation industrielle : c’est cette consommation qui est dangereuse, à l’inverse de la viande locale issue de filières tracées, qui apporte les « bonnes » protéines dont notre corps a besoin.
 
En rapprochant les producteurs des consommateurs, en permettant un lieu d’échanges entre ceux qui produisent la nourriture et ceux qui la mangent, Saveurs au Gallo a pour projet de remettre de la confiance dans l’acte quotidien et naturel qu’est celui de manger, et de participer à son échelle à l’amélioration de la santé de tous les citoyens. Par ces actions, Saveurs au Gallo a d’ailleurs été reconnu comme un acteur du Contrat Local de Santé du Pays de Fougères.
C’est aussi pour cela que nous proposons, au gré des saisons, des idées-recettes permettant de se délecter des produits qui vous sont proposés, pour allier plaisir, équilibre et santé !